Témoignage

Mémoire

Témoignage : Hélène Persitz, messagère et interprète à Auschwitz

Exilée de Russie par les bolcheviks, chassée de Berlin puis de Prague puis de Paris par les nazis, Hélène Persitz trouve refuge à Nice, avec son mari. Las ! Les Allemands la déportent vers Birkenau. Elle retrouve son mari en 1945, survivant de Dachau.

 

Témoignage recueilli en 2004 par le Mémorial de la Shoah et la Mairie de Paris.

 

Biographie : Hélène Persitz naît en 1912 à Daugavpils, en Lettonie, alors territoire de l'empire russe. Son  père, négociant en textiles relativement prospère, s'installe à Saint-Pétersbourg en 1914. La famille en est bientôt chassée par l'arrivée au pouvoir des bolcheviks et se réfugie à Berlin, où Hélène grandit. Elle y rencontre Alexandre Persitz, lui aussi juif originaire de Russie, son futur mari. En 1933, ils fuient les nazis et s'installent à Prague.

De nouveau contraints à l'exil après l'entrée de l'armée allemande en Tchécoslovaquie, ils s'installent à Paris en 1939. L'occupation les pousse à un autre départ, vers Nice, en 1940, où son mari commence sa carrière d'architecte. Elle s'y sent en sécurité jusqu'à l'arrivée des troupes allemandes, en 1943. Cachée, munie de faux papiers, elle est cependant arrêtée avec son mari, déportée à Drancy, puis à Birkenau. Elle y est utilisée par les SS comme interprète et comme coursière (Läuferin), ce qui lui vaut un traitement relativement moins dur que les autres déportés.

Après l'évacuation du camp par les nazis et la marche de la mort qu'ils infligent aux déportés, elle arrive à Ravensbrück puis gagne Malcho (nord de l'Allemagne). Elle en est de nouveau évacuée par des SS qui disparaissent subitement, un jour de 1945. Les déportées rejoignent des prisonniers de guerre français.Rapatriée à l'Hôtel Lutetia, Hélène y retrouve son mari, évadé de Dachau.

(Via Mémorial de la Shoah)

Avant d'accéder à YouTube
Partager ce contenu Retour